________________________

________________________

________________________

Si vous êtes en possession d'informations inédites

N'hésitez pas à me contacter

________________________

Goodies à l'effigie du site ? Cliquez ici !!!

________________________

Moteur de recherche :

Recherche sur le site

Recherche sur le Web


powered by FreeFind

________________________

L'horreur noire
des hydrocarbures

 

Définition

Puits de pétrole Le mot « pétrole », composé à partir des deux mots latins petra et oleum, signifie littéralement « huile de pierre »: on trouve en effet le pétrole dans les roches sédimentaires de la croûte terrestre sous forme liquide. Il existe également sous forme gazeuse ou solide. Chimiquement, le pétrole est un mélange complexe d'hydrocarbures avec de petites quantités d'azote, d'oxygène et de soufre. Selon les gisements, il présente une grande variété, entre le gaz naturel, constitué principalement de méthane, et des formes solides ou semi-solides comme l'asphalte et les bitumes, en passant par toutes les formes intermédiaires liquides.
Le pétrole et le gaz naturel sont actuellement les matières premières minérales et énergétiques les plus utilisées, notamment sous forme de carburants, de médicaments, de matières plastiques ou même de cosmétiques. Aussi le pétrole est-il devenu, depuis un siècle, un produit stratégique qui a été l'enjeu de nombreux conflits.

Flame Le Baril s'enflamme

En moins d'un an, les cours de l'or noir se sont appréciés de 170 %, atteignant leur plus haut niveau depuis le conflit avec l'Irak, en 1991, alors que les coûts d'exploration-production ont été divisés par huit en quinze ans. Cette situation est le résultat direct de la politique restrictive de l'OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) visant à rattraper les pertes essuyées après la chute des cours de 1997-1998.
Les États-Unis qui font bonne figure devant l'opinion internationale en paraissant embarrassés par la situation, ont en fait tout intérêt à ce que la situation perdure et ce les raisons suivantes.
Tout d'abord les prix élevés du pétrole vont stimuler à terme les investissements américains en exploration-production, ce qui leur permettra de ne plus être dépendants à 51 % du pétrole importé comme c'est le cas à ce jour.
Ensuite l'enrichissement des pays exportateurs de pétrole, notamment ceux qui font partie des alliés des États-Unis, leur évite une déstabilisation politique et économique résultant de mouvements extrémistes. Il faut savoir que les attaques de pipelines se sont multipliées ces dernières années. Elles sont le fruit de rivalités tribales (Nigéria) ou régionales (Turquie-Russie, Tchétchènes-PKK), du fanatisme religieux (les GIA, en Algérie), de la guérilla...  En Arabie Saoudite, le pétrole et ses dérivés représentent 90 % des exportations et 80 % des recettes budgétaires de l'État. Ces pays recyclent pour une bonne partie de leurs pétrodollars dans les états de l'oncle Sam sous forme d'achat d'armes afin de garantir la pérennité de leurs installations, et par la même, du système économique mondial. 
Ces points sont essentiels à la compréhension du difficile équilibre qu'il faut savoir garder en un prix correct et un approvisionnement assuré.

La perspective de hausse des revenus de TotalFina engendrée par la montée des cours du pétrole relègue au second plan la facture de la marée noire causée par l'Erika.

Les Hydrocarbures - L'énergie du monde

Les quatre plus grands groupes pétroliers mondiaux sont :

Exxonmobil   (États-Unis)
Shell   Royal Dutch Shell (Anglo-néerlandais)
BP   BP Amoco-Arco (Anglo-américain)
TotalFina   TotalFina-Elf (Français)

PlateformeHormis les activités d'exploration et de production de pétrole et de gaz, et celles de la transformation de ces matières premières en sources d'énergie, ces compagnies excellent aussi dans différents domaines pétrochimiques, tels que la production de caoutchoucs, résines, encres, peintures ou adhésifs. Elles produisent, par l'intermédiaire de leurs filiales, des dérivés d'hydrocarbures destinés à l'agriculture : des fongicides, des insecticides, des herbicides, des algicides et une vaste gamme d'engrais solides ou liquides.

Par exemple, le méthane est employé pour la production du méthanol et de l’ammoniaque. Et les engrais azotés sont tous des dérivés de l'ammoniac. Les colorants pour les cheveux en contiennent aussi.

Le benzène est quant à lui un dissolvant employé dans l’industrie des laques et du caoutchouc; on l’utilise comme solvant dans de nombreuses réactions. Le benzène est un produit de base pour la synthèse de nombreux composés (phénol, aniline, etc.).
Le développement de l’emploi du benzène par l’industrie chimique est le résultat de l’accroissement considérable de la consommation de phénol de synthèse, de cyclohexane, de styrène, de détergents, de dérivés chlorés, d’aniline et d’acide maléique. Les copolymères de styrène (résine ABS) sont utilisés par l’industrie de l’électroménager et l’industrie de l’automobile (pièces moulées chromables, pièces thermo-formables pour carrosseries).
La plupart de ces produits servent de matières premières à la fabrication des matières plastiques et des textiles synthétiques dont l’expansion est considérable.
Un autre composant du pétrole est le naphtalène qui est très utilisé dans l’industrie chimique, notamment dans la fabrication des colorants (alizarine, indigo, colorants azoïques), des produits pharmaceutiques (naphtols, mercurochrome, rhodamines), des matières plastiques (résines phtaliques et glycérophtaliques), des plastifiants (phtalates d’éthyle et de butyle), des parfums, des tanins, des produits photographiques.
Le toluène est utilisé comme désinfectant et parasiticide, comme dissolvant pour les laques, comme solvant dans de nombreuses réactions et comme point de départ dans la synthèse de nombreux composés (trinitrotoluène, toluidines, etc.). À ce titre, le toluène sert à la fabrication d’explosifs, de matières colorantes, de parfums et de produits pharmaceutiques.
La carbochimie permet aussi l'obtention de produits plus rares tel le cyclopentadiène, qui se prête à de nombreuses synthèses dans le domaine des produits pharmaceutiques, des parfums, des insecticides et des résines.
Grande Paroisse, une filiale d'Elf Atochem, produisait et commercialisait des produits issus des filières azotée, soufrée et phosphatée, et utilisés dans des secteurs aussi divers que la pharmacie, l'agroalimentaire, la métallurgie... avant le 21 septembre 2001.
TotalFina-Elf possède aussi plus du tiers de Sanofi-Synthélabo, industrie pharmaceutique. Cette dernière est à l'origine d'un médicament appelé Héparine, utilisé comme anticoagulant lors de polychimiothérapie...


Les risques cancérigènes

Les bénévoles qui aident au démazoutage lors des catastrophes pétrolières nettoient certainement leurs vêtements souillés avec un solvant hydrocarboné nommé Ketrul, qui est une sous-marque de la compagnie TotalFina.

 
Conversation entre un radio-amateur
(indicatif F6AOC)
et un commandant de marine marchande
en retraite
(indicatif non communiqué) enregistrée début Janvier 2000
sur la bande 20 mètres (14120 KHz)
(Format MP3 - 16Kbps - 418Ko)
" Tout le monde savait... "
Conversation

Les produits les plus utilisés pour le lavage des oiseaux mazoutés proviennent en partie des usines Elf et Sanofi d'aprés l'INERIS (Institut national de l'environnement industriel et des risques), l'organisme qui a conclu officiellement que les rejets de l’Erika contiennent une proportion de substances toxiques pour l’homme, et notamment cancérigènes, suffisante pour constituer un danger réel qui induirait un risque pour les personnes qui y seraient exposées de manière importante et répétée. Non seulement les sociétés pétrolières tirent bénéfice du nettoyage par l'emploi de leurs propres produits, mais en plus les produits en question sont soupçonnés d'avoir " facilité la pénétration cutanée des HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques) en détériorant la barrière cutanée "(INERIS)! Certains HAP subissent une activation en composés susceptibles de se lier à l'ADN, amorçant un processus de cancérisation.

Les ostréiculteurs français qui, avec près de 2 milliards de francs de chiffre d'affaires annuel, crient au massacre après le naufrage de l'Erika, soulèvent un problème de pollution dont la marée noire n'est pas l'unique responsable. L'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA) révèle que les rejets industriels, les dégazages sauvages où les zones de fort trafic maritime tel que certaines parties de la Méditerranée et de la Normandie font grimper les taux de HAP bien au-dessus de ceux enregistrés sur les côtes souillées par le fioul de l'Erika.
Ces taux sont aussi plus importants chez les moules ou les huîtres qui se développent dans un milieu où sont installés des piquets et des bacs étanchéifiés au goudron par les ostréiculteurs eux-mêmes.  

RouteTrois millions de tonnes de bitumes constitués de restes de résidus de distillation, ceux-là même qui composent les 75 % du fioul cancérogène de l'Erika, sont répandues chaque année sur les routes. Le bitume est chauffé à 160 degrés pour pouvoir être étalé, dégageant alors des fumées classées depuis seize ans " potentiellement cancérogènes chez l'homme " par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), fumées qu'inhalent les ouvriers des 1500 entreprises spécialisées dans la construction des chaussées. L'Unité 170 de l'INSERM est chargée de la partie française d'une enquête internationale visant à évaluer le risque de cancer chez les travailleurs de l'asphalte. Celle-ci ne s'intéresse qu'au taux de mortalité des personnes nées en France et au même poste depuis plus de six mois. Nous ne sommes donc pas près de découvrir la vérité à ce sujet étant donné que 40 % de ceux qui occupent les postes susdits sont essentiellement des Portugais et des Maghrébins et que les missions d'intérim sont légions en ces temps difficiles... 

De plus, jusqu'à son interdiction en 1996, l'amiante était un des composants des enrobés qui sont en fait des amalgames de produits de récupération. Mais les Directions départementales de l'équipement (DDE) et les sociétés d'autoroutes sont incapables de délivrer la formulation des produits employés pour le revêtement des différentes voiries.
Les HAP, molécules cancérogènes, sont aussi soupçonnées de se mêler au cycle naturel via le ruissellement de l'eau de pluie sur les revêtements routiers.
Selon une étude du ministère de l'emploi et de la solidarité réalisée pendant un an en 1994, les huiles minérales arrivent en tête des produits cancérigènes. Elles sont responsables de plus de la moitié des expositions et concernaient, à l'époque, 520 000 salariés, essentiellement dans le domaine de la réparation automobile.

En 1998, les jouets en PVC ont aussi été accusés de contenir des produits chimiques dangereux pour les enfants. Mais comme une mesure d'interdiction temporaire de ces jouets menaçait quelques 15 000 emplois dans l'Union européenne, les professionnels ont préféré accuser les organisations écologiques à l'origine de cette révélation de faire acte de " propagande ", et la Commission européenne a simplement " recommandé " aux états de l'union de faire preuve de vigilance.

On a tendance à s'arrêter sur les intoxications ou les maladies provoquées par contact, inhalation ou ingestion, mais on s'occupe moins des problèmes de santé induits par l'utilisation de certains objets qui ont pour effet d'améliorer le confort immédiat. Le concept d'amortissement qui fait actuellement le grand succès des chaussures de sport diminue les ondes de choc. Mais, d'après le Dr. Alain Goldcher, les impacts sont indispensables à une bonne minéralisation du squelette, comme l'ont montrées des études menées à l'occasion de recherches spatiales. Nous ne constaterons le résultat de cette mode que dans quelques dizaines d'années, et nous ne ferons peut-être pas le rapprochement immédiatement. 

Récemment on a soulevé le problème des taux inquiétants de dioxine dans la viande bovine, et on a mis en accusation les usines d'incinération. Bien que ces dernières produisent environ le tiers de ce qui est répandu dans l'atmosphère, il ne faut pas oublier que le reste des émissions provient de la sidérurgie, des chaudières à bois, au charbon et au fioul, et industries chimiques.
Les fumées des raffineries sont quant à elles en partie composées de benzène, produit cancérigène, issu aussi des gaz d'échappements. Une étude française a montré que de 1985 à 1990, 260 à 350 décès par maladies cardiovasculaires à Paris seraient liés à la pollution atmosphérique.
Le plus gros centre pétrochimique d'Europe est situé autour de l'étang de Berre, dans les Bouches du Rhône, en France. Quarante trois risques professionnels sérieux ont été enregistrés, et ce rien que dans l'usine de BP Chemicals, sans compter les risques d'accident ou ceux imputables aux rejets vis à vis des concitoyens. Mais le budget de la ville de Martigues, située à 3 000 mètres de cette usine, pèse 700 millions de francs, dont 85 % provient de la taxe professionnelle...

L’usage des pesticides (insecticides, fongicides, herbicides, etc.) a également connu une expansion spectaculaire en agriculture. La consommation mondiale de ces produits (matières actives pures) s’élevait à plus de 1,8 million de tonnes en 1989 (d’après l’Institut international de l’environnement et du développement, 1992). En France, plus de 400 pesticides sont homologués pour des usages agricoles. Des insecticides tels les pyréthroïdes, bien que quasi inoffensifs pour les animaux à sang chaud, sont très toxiques pour les poissons et les autres organismes aquatiques. Par contre l’insertion de divers types de pesticides dans les chaînes alimentaires n’est plus à démontrer et concerne en dernière analyse l’homme qui est situé au sommet de la pyramide écologique.
En 1992, un rapport de l'Académie des Sciences des États-Unis a conclu que " la consommation de résidus de pesticides dans l'alimentation est responsable de 1,4 million de décès par cancer en l'espace d'une génération ".
L'épandage exagéré d'engrais favorise l'accumulation de nitrates dans les nappes phréatiques, et donc dans les végétaux que nous consommons. Les nitrates ont été accusés de favoriser l'apparition de cancers chez l'homme dés la fin des années 60, bien que cela n'est jamais pu être démontré. Afin de lever tous les doutes qui pourraient s'installer chez le consommateur à l'instant où les taux admissibles sont dépassés, l'Office fédéral de la santé publique Suisse a décidé de rehausser les valeurs inscrites dans sa législation !

 En plus des incidences cancérigènes, Chris Williams, de l’Université de Londres, estime que des polluants comme le plomb, les BPC (biphényles polychlorés) et les radiations affectent directement le cerveau. Les récoltes modernes à haut rendement ont de très faibles teneurs en fer, ce qui ne fait que faciliter l’absorption du plomb par l’organisme.

 

La thérapie


Les bénévoles de la première heure qui ont participé aux opérations de démazoutage lors de la catastrophe de l'Erika " ont écopé d'un risque accru de cancer de la peau ", d'après André Picot, directeur de l'Unité de prévention des risques chimiques du CNRS. Vu les effets cancérigènes des différents produits issus des hydrocarbures (carburants routiers, produits phytosanitaires), on comprend mieux pourquoi les compagnies pétrolières investissent dans des laboratoires de recherche-développement pharmaceutique. Les maladies causées par leurs propres produits leurs rapportent également car elles commercialisent, par l'intermédiaire de leurs filiales, des médicaments permettant de les soigner. 
Lorsque l'on se penche sur les différents mélanomes, on accuse en premier lieu la mode du bronzage qui augmente inconsidérément les temps d'expositions de nos corps au soleil. Afin de lutter contre les carcinomes, les laboratoires redoublent d'ingéniosité pour protéger notre épiderme. Mais comme l'explique le cancérologue Laurent Schwartz, les crèmes solaires sont surtout protectrices de l'emploi. En 1997, le marché consacré à ces produits est en hausse de 27 % depuis 1990. Il a rapporté cette année-là 1,2 milliard de francs, un montant supérieur à celui consacré à la recherche contre le cancer.


Si les rayons solaires étaient les seuls responsables des mélanomes, ceux-ci fleuriraient sur les mains et les visages, sur les régions de l'épiderme constamment exposé à la lumière. Il n'en est rien.
Laurent Schwartz, cancérologue.


Les responsables de la Health Education Authorithy soulignent que le cancer de la peau est la forme de cancer la plus répandue en Grande-Bretagne. On ne peut pourtant pas dire que ces habitants soient particulièrement exposés aux rayons solaires !
Nous avons vu plus haut que TotalFina-Elf possèdait plus du tiers de Sanofi-Synthélabo, industrie pharmaceutique qui est à l'origine d'un médicament appelé Heparine®, utilisé comme anticoagulant lors de polychimiothérapie. L'Oréal est un des fabricants de cosmétiques solaires qui vend ses produits sous des marques telles que La Roche Posay, Biotherm et Vichy. L'une des hypothèses soulevées par le Dr Alain Sarrasin, chercheur au CNRS, à la suite d'études menées au début des années 90, est que des réactions chimiques cancérigènes pourraient être provoquées sur la peau par l'action du soleil sur les crèmes. Est-ce un hasard si L'Oréal, lui-même détenu à 26,3 % par le géant Suisse Nestlé, détient près de 20 % de parts dans le capital de Sanofi-Synthélabo ? Mais je me rassure en me disant que ces interrogations ne sont que le fruit d'un délire paranoïde, une des formes de la schizophrénie. Je pourrais me soigner en prenant du Solian®, un produit de la gamme Sanofi... De là à dire qu'ils ont même prévu des produits destinés à endormir les esprits un peu trop curieux, il n'y a qu'un pas quand on constate qu'ils sont aussi à l'origine du dentifrice au fluor Fluocaril®.

Des études récentes citées dans le rapport de l'INERIS et publiées après le naufrage du Sea Empress au Pays de Galles et de la catastrophe de l'Exxon Valdez en Alaska comparent des personnes exposées et des non-exposées aux hydrocarbures. Ces investigations démontrent chez les premiers un taux plus élevé de symptôme d'ordre psychologique comme anxiété et dépression. Pour traiter ces symptômes, il existe un médicament bien connu : le Tranxène® des laboratoires... Sanofi-Synthélabo. Les ventes de psychotropes en France représentaient un marché de 3,5 milliards de Francs en 1993. Le nombre total de prescription dépasse 60 millions par an. Ce phénomène est-il seulement le reflet d'un malaise dans notre civilisation, ou les effets secondaires d'une industrie pétrochimique débridée, qui exerce ses activités dans l'indifférence complice des pouvoirs publiques qui ont tout intérêt à ce que la paix sociale perdure, même sous assistance médicale ?

Pour l'ensemble de la population française, les causes de décès les plus fréquentes sont les maladies de l'appareil circulatoire (un tiers), les tumeurs (un peu plus d'un quart). La répartition par grands groupes de pathologies reste relativement stable dans le temps. On note cependant la progression du poids des tumeurs qui sont devenues la première cause de décès pour les hommes alors qu'il s'agissait auparavant de la pathologie circulatoire. Cet accroissement relatif du poids des tumeurs est continu quels que soient le sexe et l'âge, en dépit de progrès localisés.

Le tabac, la nourriture, l'alcool et le soleil pèsent de façon non négligeable sur la mortalité de la population. Mais il serait judicieux de se demander si les différents types de cancer, comme le mélanome qui est en recrudescence depuis les années 30, sont seulement provoqués par ces facteurs. On comprend mieux aussi pourquoi l'État ne fait rien pour interdire l'usage du tabac. Il est vrai que ce dernier est une manne substantielle pour les caisses du Trésor Publique.
CigaretteMais on ne m'ôtera pas de l'idée que c'est avant tout un bouc émissaire lorsque l'on parle de cancer des voies respiratoires. Il suffit qu'une personne atteinte d'une telle maladie fume pour qu'elle soit classée parmi les victimes du tabagisme. Lorsque les premiers problèmes liés à l'amiante sont apparus, on a d'abord fait porter le chapeau à la cigarette !
 La fumée du tabac contient plus de 4 000 substances. Certaines de ces substances sont cancérogènes. On y retrouve par exemple le benzopyrène ; mais il faut savoir que celui-ci est particulièrement abondant dans les fumées, les suies et les échappements de moteurs (diesels notamment). Une étude a été menée par James Corbett et Paul Fishbeck de l'Université Carnegie Mellon, Pennsylvanie (États-unis), en 1997. Elle démontre que par tonne de carburant consommée, les cargos propulsés par des moteurs diesels sont l'une des plus importantes sources de pollution atmosphérique à l'échelle planétaire...
On retrouve aussi dans les substance cancérogènes du tabac le cadmium, utilisé dans les batteries, le chlorure de vinyle, utilisé dans la production des matières plastiques, mais aussi de nombreux dérivés d'hydrocarbures, ainsi que des substances pharmacologiquement actives, ce qui ne fait qu'accroître la confusion avec d'autres facteurs.

La légalité de cette drogue, ainsi que toutes les fausses raisons invoquées ci-dessus pour justifier certains taux de mortalité, sert à couvrir le développement des cancers liés à la présence des hydrocarbures sous toutes ses formes. Des aliments que nous mangeons jusqu'à l'air que nous respirons, des conglomérats industriels sur lesquels sont basés notre économie jusqu'à l'équilibre politique mondial, l'enjeu que représente l'exploitation des hydrocarbures dépasse largement les problèmes engendrés par les marées noires.





Sources :

Les Echos, Lundi 24 janvier 2000

Le Nouvel Economiste, n° 1137, 15 au 28 octobre 1999.

Le Point
, n° 1432, 25 février 2000.

Sud Ouest
, 26 mai 1998 ; 4 août 1998 ; 2 juillet 1998.

Données sur la situation sanitaire et sociale de la population
, 1999, Document élaboré par la DREES.

Politique de santé et fiscalité du tabac,
septembre 1999, Alfred Recours, rapport au Premier Ministre Français.

Marianne
, 12 au 18 juillet 1999.

Le Soir
, Samedi 10 et Dimanche 11 juillet 1999.

Le Temps
, Mardi 18 janvier 2000.

France-Soir
, Vendredi 3 décembre 1999.

L'Express
, 10 Mars 1994.

Analytika
, « Centre Indépendant d'Investigations et d'Expertises en Chimie Organique Analytique » - http://www.labo-analytika.com/erika/dossier_erika.html